Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’Allemagne, membre du Conseil de sécurité des Nations Unies en 2019-2020

Logo - L’Allemagne membre du Conseil de sécurité des Nations Unies en 2019-2020

L'Allemagne au Conseil de sécurité des Nations Unies, © Ministère fédéral des Affaires étrangères (AA)/dpa

01.01.2019 - Article

Le 8 juin 2018, l’Allemagne a été élue membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies pour la période 2019-2020. Pour la sixième fois, elle assume donc en cette qualité un rôle important pour la paix et la sécurité dans le monde.

Depuis le 1er janvier 2019, l’Allemagne est pour deux ans membre non permanent du Conseil de sécurité. Elle s’efforcera de contribuer dans cette enceinte à la gestion et à la prévention des conflits dans le monde entier. Elle fixera par ailleurs des priorités concernant « le climat et la sécurité », « les femmes, la paix et la sécurité », les travailleurs humanitaires et le désarmement international.

Composé de cinq membres permanents et de dix membres non permanents élus respectivement pour deux ans, le Conseil de sécurité des Nations Unies est le seul organe habilité à prendre des décisions contraignantes en droit international. L’Allemagne avait été membre non permanent du Conseil de sécurité pour la dernière fois en 2011-2012. La Belgique, la République dominicaine, l’Indonésie et l’Afrique du Sud ont également obtenu un siège non permanent au Conseil de sécurité pour la période 2019-2020.

Quelles sont les priorités allemandes au Conseil de sécurité ?

Le Conseil de sécurité est le principal organe des Nations Unies pour le maintien de la paix et de la sécurité internationales. En sa qualité de membre, l’Allemagne se consacrera donc en priorité à la gestion des conflits. En outre, elle s’emploiera à ce que le Conseil de sécurité renforce encore son action dans la prévention des conflits.

L’Allemagne entend également faire inscrire à l’ordre du jour du Conseil de sécurité certains thèmes allant au-delà des crises brûlantes. Parmi ceux-ci figurent, premièrement, les rapports entre le changement climatique et la politique de sécurité. Les dérèglements climatiques posent, en effet, un problème de sécurité à un nombre croissant de pays, notamment aux petits États insulaires menacés par la montée du niveau de la mer. En août 2018, l’Allemagne a créé avec la République de Nauru le groupe d’amis « Climat et sécurité » des Nations Unies. Elle poursuivra dans ce sens au Conseil de sécurité.

Deuxièmement, l’Allemagne s’engagera pour le programme sur « les femmes, la paix et la sécurité », l’objectif étant autant d’aider les femmes à jouer un rôle plus important dans la prévention et la gestion des conflits que d’améliorer leur protection contre les violences sexuelles dans les conflits. Ces deux aspects sont des éléments clés de la politique étrangère, de sécurité, de défense et de développement allemande. Dans ce contexte, l’Allemagne et le Pérou coprésident en 2019 le groupe informel d’experts sur les femmes, la paix et la sécurité.

Troisièmement, l’Allemagne œuvrera en faveur du renforcement du système humanitaire. Il s’agit ici de mieux faire respecter le droit international humanitaire, d’assurer la protection des travailleurs humanitaires et l’accès humanitaire et de mieux protéger les civils dans les conflits armés. En tant que deuxième pays bailleur de fonds, l’Allemagne est l’un des principaux acteurs mondiaux dans le domaine humanitaire.

Quatrièmement, l’Allemagne entend donner de nouvelles impulsions dans le désarmement et le contrôle des armements. Elle plaide pour un nouveau régime international de contrôle des armements qui ne devrait pas se limiter aux systèmes d’armes nucléaires mais comprendre aussi, par exemple, les systèmes d’armes autonomes.

Pour finir, la prise en compte commune des droits de l’homme et de la sécurité est aussi pour l’Allemagne un objectif majeur au Conseil de sécurité. Les violations massives des droits de l’homme qui sont souvent à l’origine des conflits doivent également être abordées dans cette enceinte. 

Comment se déroulera le mandat allemand au Conseil de sécurité ?

L’Allemagne a participé en tant qu’observateur à toutes les réunions du Conseil de sécurité à partir du 1er octobre 2018. Depuis le 1er janvier 2019, elle est membre à part entière du Conseil de sécurité.

Réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies
Réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies© picture alliance / dpa

La France prendra la présidence au mois de mars, l’Allemagne lui succèdera en avril. Pour la première fois dans l’histoire du Conseil de sécurité, les deux présidences seront associées et placées sous un même grand thème, à savoir comment renforcer le système humanitaire. L’enjeu consistera à aider à faire respecter davantage le droit international humanitaire et les principes humanitaires, à mieux protéger les travailleurs humanitaires dans les régions en crise et à faciliter leur accès.

Engagement de l’Allemagne aux Nations Unies

Outre son engagement humanitaire, l’Allemagne est très active au sein des Nations Unies sur le plan politique, financier et des ressources humaines : elle est notamment le quatrième pays contributeur au budget ordinaire et au budget du maintien de la paix, et le deuxième donateur mondial d’aide officielle au développement. Elle est aussi aujourd’hui l’un des premiers pays occidentaux fournisseurs de troupes pour les opérations de maintien de la paix des Nations Unies.

Retour en haut de page